chair


chair

chair [ ʃɛr ] n. f.
XVe; car 1080; lat. caro, carnis carné; acharner
I
1Substance molle du corps de l'homme ou des animaux, essentiellement constituée des tissus musculaire et conjonctif (opposé à squelette). La chair et les os. Os dépouillés de chair ( décharné) . La chair et la peau. La chair et le sang. Ongle qui pénètre dans les chairs ( incarné) . La balle a pénétré dans les chairs. Lésion des chairs (blessures, plaies); chairs tuméfiées, gangrenées. « un horrible mélange D'os et de chair meurtris » (Racine). Excroissance de chair. Lambeaux de chair. — ENTRE CUIR (peau) ET CHAIR : sous la peau. Côté cuir (poil) et côté chair d'une peau de bête. En chair et en os. Chair à canon. Être (bien) en chair : avoir de l'embonpoint, avoir la chair ferme.
2(XIIe) État extérieur du corps humain; aspect de la peau. Chairs rebondies. Chair molle, flasque. Chair ferme, douce, fraîche. Chair satinée, blanche, pâle, rose, dorée. carnation. « Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants » (Baudelaire). « ils se sont complu à peindre la chair florissante et saine, [...] la pulpe sanguine et sensible qui s'épanouit opulemment à la surface de l'être animé » (Taine). Peint. (Au plur.) Parties nues des personnages. Les chairs sont bien rendues dans ce tableau.
Avoir LA CHAIR DE POULE, la peau qui se hérisse (sous l'effet du froid, d'une frayeur, etc.) par l'érection des follicules pileux (cf. Réaction ansérine). Donner la chair de poule à qqn, exciter sa frayeur, son horreur; son trouble. ⇒ frisson, horripilation. « J'ai passé l'âge de rougir, pas celui de me troubler, tant mieux. Le genou de Narcisse me donne toujours la chair de poule » (J.-L. Bory).
3Couleur chair : de la couleur rose de la peau, dans la race « blanche ». Des bas couleur chair. Adj. inv. Des collants chair.
II(XIIe) Fig.
1Relig. La nature humaine (opposée à la nature divine), le corps (opposé à l'esprit, à l'âme). Le Verbe s'est fait chair. incarnation. Un être de chair et de sang. Souffrir dans sa chair. corps. Résurrection de la chair. « La chair est cendre, l'âme est flamme » (Hugo). « l'enfant qu'elle avait porté dans son sein, la chair de sa chair » (Bourget).
2Les instincts, les besoins du corps; les sens. sensualité . La faiblesse de la chair. « La chair est triste, hélas ! et j'ai lu tous les livres » (Mallarmé).
Spécialt La sexualité. concupiscence, luxure, sexualité. L'aiguillon, l'appel de la chair. tentation. Les plaisirs de la chair. « brisée de joie, la chair heureuse et lasse » (France). « de médiocres aventures où la chair seule est intéressée » (F. Mauriac). Relig. Œuvre de chair, péché de (la) chair ( fornication) .
III
1Vx Partie molle, comestible de certains animaux. viande; carne. « Les animaux carnivores se nourrissent de chair; l'homme mange de la viande » (Littré). Chair crue, cuite, fraîche. L'ogre « flairait à droite et à gauche, disant qu'il sentait la chair fraîche » (Perrault).
2Relig. Aliment gras; viande des mammifères et des oiseaux (par oppos. au poisson, aliment maigre). Vendredi chair ne mangeras : tu ne mangeras pas de viande le vendredi. — Loc. Ni chair ni poisson : indécis, indéfinissable.
3Mod. CHAIR À SAUCISSE : préparation à base de maigre et de gras de porc hachés et assaisonnés ( 1. farce) . — Loc. fam. Hacher menu comme chair à pâté : mettre en pièces, en menus morceaux.
4(Qualifié) Partie comestible d'animaux (sauf lorsqu'il s'agit de viande de mammifères) et de végétaux. Ces volailles, ce poisson ont une chair délicate, tendre. La chair parfumée, fondante d'une poire ( pulpe) . Champignon à chair bleuissante.
⊗ CONTR. Squelette. — Âme, cœur, esprit. ⊗ HOM. Chaire, cheire, cher , chère.

chair nom féminin (latin caro, carnis) Tissu musculaire et conjonctif du corps humain et animal que recouvre la peau : Chair ferme, molle. Le chirurgien taille dans la chair. Partie charnue, parfois comestible, des végétaux (fruits, champignons, etc.) : Une prune à la chair juteuse. Partie musculaire du corps des animaux considérée comme aliment. (On distingue la chair blanche [veau, volaille], la chair rouge [bœuf, mouton, chèvre], la chair noire [gibier].) Dans la langue de la religion ou de la morale, le corps, les appétits physiques par opposition à l'esprit, à l'âme : Les plaisirs de la chair.chair (citations) nom féminin (latin caro, carnis) Léon-Paul Fargue Paris 1876-Paris 1947 […] La pensée, oui, dans une belle chair. Sous la lampe Gallimard André Gide Paris 1869-Paris 1951 Les plus douteux égarements de la chair m'ont laissé l'âme plus tranquille que la moindre incorrection de mon esprit. Journal des Faux-Monnayeurs Gallimard Étienne Le Camus Paris 1632-Grenoble 1707 Le péché de la chair est le plus abominable de tous les péchés et ce crime est si bien le plus grand de tous les crimes qu'il faut être à deux pour le commettre. Stéphane Mallarmé Paris 1842-Valvins, Seine-et-Marne, 1898 La chair est triste, hélas ! et j'ai lu tous les livres. Fuir ! là-bas fuir ! Je sens que des oiseaux sont ivres D'être parmi l'écume inconnue et les cieux ! Poésies, Brise marine Charles Perrault Paris 1628-Paris 1703 Il flairait à droite et à gauche, disant qu'il sentait la chair fraîche. Le Petit Poucet Paul Verlaine Metz 1844-Paris 1896 « La chair est sainte ! Il faut qu'on la vénère. » Jadis et naguère, Don Juan pipé Messein Bible C'est pourquoi l'homme quitte son père et sa mère et s'attache à sa femme, et ils deviennent une seule chair. Ancien Testament, Genèse II, 24 Commentaire Citation empruntée à la « Bible de Jérusalem ». Bible Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Eh bien ! ce que Dieu a uni, l'homme ne doit point le séparer. Évangile selon saint Matthieu, XIX, 6 Bible Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation ; l'esprit est ardent, mais la chair est faible. Évangile selon saint Matthieu, XXVI, 41 Mahomet, en arabe Muḥammad La Mecque vers 570-Médine 632 Chaque fois que vous faites œuvre de chair, vous faites une aumône. Tradition musulmane William Shakespeare Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616 Ô souillures, souillures de la chair ! Si elle pouvait fondre Et se dissoudre et se perdre en vapeurs ! O, that this too too solid flesh would melt, Thaw and resolve itself into a dew ! Hamlet, I, 2, Hamletchair (difficultés) nom féminin (latin caro, carnis) Sens et orthographe Ne pas confondre ces trois noms féminins. 1. Chair (avec a, sans e final) = tissu musculaire ; viande. La lame a entamé la chair. Chair crue, cuite. 2. Chaire (avec a et e final) = tribune, estrade ; poste de professeur d'université. Elle est titulaire d'une chaire à la faculté de Caen. 3. Chère (avec un è et un e final) = nourriture. Aimer la bonne chère. Registre soutenu. Remarque Ne pas confondre non plus avec l'adj. cher, chère (→ cher). ● chair (expressions) nom féminin (latin caro, carnis) Avoir, donner la chair de poule, avoir, faire avoir la peau hérissée de petites papilles sous l'effet du froid, de la peur ; avoir, faire peur. Bien en chair, replet, rebondi. Familier. Chair fraîche, jeune personne qui excite le désir sexuel. En chair et en os, en personne, bien vivant. Familier. En faire de la chair à pâté, à saucisse, écraser, anéantir quelqu'un. Être de chair (et de sang), avoir des faiblesses humaines, en particulier, des faiblesses amoureuses. Littéraire. La chair de sa chair, son enfant. N'être ni chair ni poisson, être d'une nature mal définie ; manquer de fermeté dans ses opinions. Chair carrée de Sylvius, muscle de la plante du pied, appelé encore « accessoire du long fléchisseur commun ». Chair à saucisse, mélange de maigre et de gras haché et assaisonné qu'on met dans les saucisses et qui sert de farce. Côté chair d'une peau, côté qui était en contact avec les muscles de l'animal. (Le côté opposé se nomme côté fleur.) Mortifier sa chair, s'adonner à des pratiques de pénitence corporelle. Péché de la chair, péché de luxure. Résurrection de la chair, selon le symbole des apôtres, résurrection de tous les hommes à la fin du monde. ● chair (homonymes) nom féminin (latin caro, carnis) chaire nom féminin cheire nom féminin cher adjectif chère nom fémininchair (synonymes) nom féminin (latin caro, carnis) Partie musculaire du corps des animaux considérée comme aliment.
Synonymes :
Dans la langue de la religion ou de la morale...
Synonymes :
chair adjectif invariable Couleur beige rosé rappelant la couleur de la peau : Collant chair.chair (homonymes) adjectif invariable chaire nom féminin cheire nom féminin cher adjectif chère nom féminin

chair
n. f.
rI./r
d1./d Chez l'être humain et les animaux, substance fibreuse, irriguée de sang, située entre la peau et les os. être bien en chair: être un peu gros, potelé.
En chair et en os: en personne.
|| Marchand de chair humaine: trafiquant d'esclaves.
d2./d Peau (chez l'être humain). La chair douce d'un enfant.
|| Chair de poule: aspect grenu que prend la peau sous l'effet du froid, de la peur.
d3./d (En appos.) Couleur chair: couleur blanc rosé. Un maillot couleur chair.
d4./d Viande hachée. Chair à pâté, à saucisses.
d5./d Partie comestible de certains animaux (viande proprement dite exclue), de certains végétaux. La chair tendre d'une carpe, d'une sapotille.
rII./r
d1./d RELIG La chair: le corps humain (par oppos. à l'âme). La résurrection de la chair. La chair est faible.
d2./d Litt. La chair: les instincts, spécial. l'instinct sexuel.
RELIG Le péché de la chair: les relations sexuelles en dehors du mariage.

⇒CHAIR, subst. fém.
I.— [Du point de vue de la nature et de la destination physiques]
A.— [La chair en tant qu'élément de la nature sensible; l'emploi de la constr. chair à est impossible] Composante prédominante du corps humain ou animal, essentiellement constituée des tissus musculaire et conjonctif.
1. [En parlant de l'Homme ou de l'animal — surtout p. oppos. au tissu osseux et à sa dureté, parfois p. oppos. au tissu sanguin et à sa fluidité] Substance somatique de consistance relativement molle. Chair molle, lambeaux de chair (cf. anatomie ex. 5) :
1. Le philosophe qui analise, décompose, ressemble à un anatomiste qui dirait en voyant une belle femme : ce sont des os, des chairs, des muscles; mais l'homme qui la contemple et sur-tout à travers le prisme de la jeunesse, voit une figure charmante, et des formes qui le ravissent.
SÉNAC DE MEILHAN, L'Émigré, 1797, p. 1835.
2. Il revoyait ses membres liés, (...), tout son corps forcé, (...), ruisselant de sang, brûlant d'un feu rose, d'un aveuglant et insoutenable éclat, la matière merveilleuse de toute sa chair giclant comme un fruit dans les griffes aiguës du destin.
GRACQ, Au château d'Argol, 1938, p. 131.
Expr. De chair et de sang ou de chair et d'os. De nature sensible. Moins majestueux que sur les images, enfin, un homme de chair et de sang (G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Suzanne et les jeunes hommes, 1941, p. 170). Pas (...) des gens de chair et d'os mais des allégories (S. DE BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, p. 269). En chair et en os. Sous une forme sensible, en personne. À bientôt somatiquement (Vulgo, en chair et en os) (VERLAINE, Correspondance, t. 3, 1890, p. 179).
P. anal. [En parlant d'une chose concr., gén. d'un élément naturel] :
3. Les monts, très hauts encore, au tournant de la route, n'offrent plus qu'une ossature, un squelette morne, gris, dont toute substance, toute chair est absente. Je veux dire la veine grasse, la couche fertile et l'humus, si longuement accumulés ailleurs. Mais on voit, noires ou jaunes, et épaisses, des coulées de terre glisser de pente en pente entre ces os, sans que rien puisse en suspendre la chute.
PESQUIDOUX, Le Livre de raison, 1925, p. 179.
P. métaph. [En parlant d'une chose abstr.] :
4. ... j'ai lu les Chansons des Rues et des Bois (...). C'est de la chair vivante et ferme, qui bondit de la seule vigueur des muscles et palpite de la seule chaleur du sang.
L. VEUILLOT, Les Odeurs de Paris, 1866, p. 222.
2. [En parlant de l'Homme ou de l'animal — surtout p. oppos. à la peau, élément superficiel de la chair] Cette substance considérée principalement dans sa réalité profonde.
a) [D'un point de vue interne] :
5. Les serres convulsées, crispées sur les reins et le poitrail de la fouine, traversèrent la peau, les chairs, broyant sous leur étreinte les poumons, le cœur, tous les viscères qui saignèrent, se triturèrent comme une pâte de chair vivante et fumante, ...
PERGAUD, De Goupil à Margot, 1910, p. 116.
SYNT. Chair vive (= profonde, sensible); enfoncer, entrer, pénétrer dans la chair; mettre les chairs à vif; tailler, trancher dans la chair vive. Spéc., anat. Chair carrée (de Sylvius). Muscle du pied, dit aussi ,,muscle accessoire du long fléchisseur commun des orteils`` (d'apr. Méd. Biol. t. 1 1970). Masse charnue particulière, placée au-dessus du court fléchisseur commun, et venant comme lui du calcanéum, mais allant s'insérer au tendon du long fléchisseur commun (...) ce qu'on nomme la chair carrée (CUVIER, Leçons d'anat. comp., t. 1, 1805, p. 393). Tann. Côté chair ou absol. la chair. Côté opposé à celui du poil. Peau brute (...) face externe (...) appelée le côté poil ou le côté fleur (...) face interne appelée côté chair (J. BÉRARD, J. GOBILLIARD, Cuirs et peaux, 1947, p. 19).
Expr. En pleine chair. Profondément. (P. métaph.). Roman taillé en pleine chair vive (RENARD, Journal, 1893, p. 190). Entre cuir et chair. En dessous de la peau. Frémissements nerveux (...) propagés entre cuir et chair (R. MARTIN DU GARD, Les Thibault, La Consultation, 1928, p. 1117). (Au fig.). Pester/rire entre cuir et chair (= sous cape). Ce rire entre cuir et chair qui décèle la certitude (HUGO, Les Misérables, t. 1, 1862, p. 762).
b) [D'un point de vue externe, quant au volume surtout] Chair épanouie, plantureuse :
6. Rose est une merveille de joie simple. La chair de Rose, je la retrouve, je ne la quitterai jamais. Si vous la voyiez, si ample, si drue, si pleine, cette chair qui affleure de toutes parts au monde par cette peau si douce, si vivante, si bien arrosée et aérée.
DRIEU LA ROCHELLE, Rêveuse bourgeoisie, 1939, p. 252.
Expr. Être (bien) en chair. Avoir des formes pleines. Une grosse face bien en chair (E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1856, p. 249).
Rem. On rencontre ds la docum. qq. var. de cette expr. : fort(e) en chair (MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 1, Une Partie de campagne, 1881, p. 373), mal en chair (ZOLA, La Terre, 1887, p. 324).
P. anal. Là où la chair de la terre se plie en bourrelets gras (GIONO, Colline, 1929, p. 9).
P. méton., péj. Amas/masse (etc.) de chair. Personne aux formes très lourdes (et, parfois, à l'esprit pesant). Le dos d'une largeur monstrueuse, le ventre comme un tonneau, (...) un gigantesque amas de chair, (...) un de ces pots-à-tabac, à face humaine (R. ROLLAND, Jean-Christophe, La Révolte, 1907, p. 575).
3. [En parlant gén. de l'Homme] Cette substance considérée principalement dans sa réalité superficielle. (Quasi-)synon. peau.
a) [Du point de vue du grain, de la chaleur, etc.] Chair chaude, froide, lisse. Une fleur comme cette Renée, une si étrange fleur de volupté, à la chair de soie (ZOLA, La Curée, 1872, p. 475).
Expr. Chair de poule ou réaction ansérine. Aspect hérissé que prend l'épiderme par érection des follicules pileux sous l'effet du froid, de la peur. Avoir / donner / faire venir la chair de poule :
7. Je vis la femme frissonnant de la tête aux pieds, la peau blanche et satinée de son cou devint rude : elle avait, suivant un terme familier la chair de poule.
BALZAC, Gobseck, 1830, p. 395.
P. anal. Taupinières, la chair de poule des prés (RENARD, Journal, 1896, p. 339). La nuit (...) à chair très noire, à grains serrés (MORAND, L'Homme pressé, 1941, p. 51).
Rem. Un auteur substitue chair à peau dans l'expr. à fleur de peau, ce qui prouve l'interchangeabilité des deux mots dans cette acceptation. Le frisson à fleur de chair que donnent les émotions trop violentes (ESTAUNIÉ, Un Simple, 1891, p. 137).
b) [Du point de vue de la couleur, de l'éclat] Chair meurtrie, rose, saine. Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants (BAUDELAIRE, Les Fleurs du mal, Correspondances, Paris, Gallimard, 1964 [1857-61], p. 11) :
8. Du nu des bras, du nu des nuques, du nu des épaules, du nu des seins jaillissant des corsages, du nu des dos qui faisaient deviner les reins, de tout ce nu s'irradiaient des rayons de chair blanche, de chair rosée, de chair rousse, de chair brune, et de toute cette peau à l'air, une buée parfumée s'élevait.
J. PÉLADAN, Le Vice suprême, 1884, p. 143.
Expr., vx. Avoir la chair fraîche. Avoir le teint frais. Fardée, mouchetée, musquée, la chair fraîche encore sous tant d'apprêts (A. FRANCE, Les Dieux ont soif, 1912, p. 86).
Spéc., ARTS PLAST. (Aspect des) diverses parties du corps humain représentées nues (sous le rapport de la couleur ou même du modelé) :
9. Rubens, la CHUTE DES RÉPROUVÉS, une avalanche, un écroulement de corps qui s'enlacent, se débattent, roulent et se précipitent; toute la gamme de la chair étalée et irruante, depuis les chairs transpercées de bleu jusqu'aux chairs chauffées de bitume, depuis les chairs reflétées de la gloire de Dieu jusqu'aux chairs rougeoyantes des feux de l'enfer. Jamais un pinceau n'a plus furieusement roulé et déroulé des monceaux de chair. (...). Et au milieu de cela, des gorges aux tons les plus fins, des dessous de bras où la lumière s'endort dans des tons bleuâtres, des corps rayés par la lumière comme des bronzes. C'est le soleil tombé en enfer, c'est la palette éblouissante de la chair...
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1860, p. 809.
P. anal. Le ciel (...) du bleu rose, du bleu lilas, du bleu jaune, une chair vivante, une vaste nudité immaculée (ZOLA, La Faute de l'Abbé Mouret, 1875, p. 1324). La chair translucide et verte de la mer (VAN DER MEERSCH, L'Empreinte du dieu, 1936, p. 136).
Couleur (de) chair ou absol. chair (invar.). Couleur rouge pâle, beige rosé, blanc cassé (d'après la race humaine dite blanche). Des bas de soie (...) de toutes nuances, les noirs à jour, les rouges à coins brodés, les chair (sic) dont le grain satiné avait la douceur d'une peau de blonde (ZOLA, Au Bonheur des dames, 1883, p. 391). En sa robe de satin chair (...) comme dans une coquille, entre ces valves glacées de nacre rose (PROUST, Le Côté de Guermantes 1, 1920, p. 36).
Rem. Chair donne lieu au mot composé rose-chair, nom de couleur invar. Ces couleurs de pivoines inconnues (...) une certaine rose-chair (E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1889, p. 973). Vieilles tuiles rose-chair (E. TRIOLET, Le Premier accroc coûte deux cents francs, 1945, p. 13).
B.— [La chair en tant qu'obj. de consommation; l'emploi de la constr. chair à est possible]
1. [La chair en tant qu'élément nutritif] :
10. ... quel sentiment l'avait porté à manger de la chair humaine? La religion? Non, la faim. (...) surtout cette nécessité pour le carnivore de refaire sa chair et son sang par l'azote contenu dans les matières animales. C'est bien de fournir au travail des poumons au moyen des plantes tubéreuses et féculentes. Mais qui veut être fort et actif doit absorber ces aliments plastiques qui réparent les muscles. Tant que les Maoris ne seront pas membres de la Société des Légumistes, ils mangeront de la viande, et, pour viande, de la chair humaine. (...) encore faudra-t-il des années pour que les Maoris se déshabituent de la chair zélandaise qu'ils préfèrent à toute autre, car les fils aimeront longtemps ce que leurs pères ont aimé. À les en croire, cette chair a le goût de la viande de porc, mais avec plus de fumet. Quant à la chair blanche, ils en sont moins friands, parce que les blancs mêlent du sel à leurs aliments, ...
VERNE, Les Enfants du capitaine Grant, t. 3, 1868, pp. 62-63.
11. Et voici que j'ai vu, par ces rouges éclats,
...
... jetant leurs odeurs brutes et sensuelles,
Les viandes qui fumaient : chair de porc à foison,
Chair de bœuf, jars et paons rôtis, et venaison;
Chair d'agneau, moutons gras qui grésillaient encore,
Et bons coqs que leur crête écarlate décore.
LECONTE DE LISLE, Poèmes barbares, Les Paraboles de dom Guy, 1878, p. 341.
SYNT. Chair bouillie, crue, cuite, dure, rôtie, tendre. Spéc. Chair blanche. Chair peu colorée de veau, volaille, etc. Chair noire. Chair foncée du gibier. Chair rouge. Chair de bœuf, cheval, mouton. Chairs rouges, noires, et qu'on est convenu d'appeler chairs faites (BRILLAT-SAVARIN, Physiol. du goût, 1825, p. 67). Chair à pâté. Chair de porc ou de gibier coupée en menus morceaux. (P. compar.) Hacher menu comme chair à pâté. Toutes ses illusions mutilées, toutes ses espérances hachées menu comme chair à pâté (SANDEAU, Sacs et parchemins, 1851, p. 30). Chair à saucisse ou chair. Chair de porc hachée menu. Farces de chair à saucisse (BOURGES, Le Crépuscule des dieux, 1884, p. 113); morceau, odeur de chair; dévorer, se nourrir de (la) chair.
Rem. 1. Selon BESCH. 1845, Lar. 19e, LITTRÉ et BAILLY (R.) 1946, la chair se différencie de la viande en ce qu'elle n'a subi aucune préparation. Mais dans l'usage cour., les mots chair et viande semblent employés indifféremment l'un pour l'autre. Chair paraît pourtant s'employer de préférence à viande quand il s'agit de mets plus fins (volailles notamment). 2. Pour l'aspect relig. très gén. de la question, v. II B 1.
P. anal. Phrases [ayant] du jus et de la chair (FLAUBERT, Souvenirs, 1841, p. 70).
Spéc., RELIG. CATH. [La chair du Christ, sous forme d'aliment eucharistique et/ou de nourriture spirituelle] Qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle (St Jean, VI, 54) :
12. ... Jésus est là, non point en image ou en symbole, mais dans son corps et dans sa chair, le Maître est là, réellement présent, qui les a reconnus et qu'ils ont reconnu. Il est là, dans l'hostie vivante, (...). C'est le Dieu vivant que Maxence adorera, c'est le Dieu de sa délivrance et de son amour, c'est le Dieu de son introduction dans la vie.
Maxence a le désir d'une nourriture substantielle. C'est ce pain qu'il demande.
PSICHARI, Le Voyage du centurion, 1914, p. 229.
2. P. méton., avec une valeur iron., péj.
a) [P. allus. au mythe de l'ogre qui dévore de la chair humaine, de la chair fraîche] Chair fraîche. Personne qui excite les appétits sensuels. La cabotine cynique (...) voulant se payer un peu de chair fraîche, de la Tour de Nesle en imitation, demandant des hommes (...) ogresse faisant le trottoir (E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1862, p. 1043). Renouvellement continuel de chair fraîche (...) la meilleure preuve qu'aucune des femmes que vous avez connues ne vous a satisfait parfaitement (MONTHERLANT, Le Démon du bien, 1937, p. 1336). Sentir la chair fraîche. Être sensible à la présence physique de telle personne ou être attiré par quelque attrait. Voyant que la chair fraîche qu'il était venu sentir n'était pas découpée (BALZAC, César Birotteau, 1837, p. 290). Marchand/ vendeur, etc., de chair fraîche/humaine. Proxénète, marchand d'esclaves. Suivre ces marchands de chair humaine dans leurs dangereuses expéditions (DU CAMP, Le Nil, 1854, p. 132). Trafiquants de chair fraîche qui logeaient (...) derrière une lanterne rouge, des jardins de plaisir (MORAND, Londres, 1933, p. 107).
b) [Sans doute sur le modèle de chair à pâté/à saucisse] Chair à canon. Simple soldat que l'on expose sans scrupules à la tuerie guerrière, à la boucherie. Appeler les conscrits la matière première et la chair à canon (CHATEAUBRIAND, Mélanges pol., 1816-24, p. 22).
Rem. La constr. chair à donne lieu à des assoc. syntagm. très variées et expr. La foule dont ils vivent, chair à canon, chair à goupillon, chair à sentence, ou chair à dividende (CLEMENCEAU, L'Iniquité, 1899, p. 86).
3. P. ext. Partie comestible de certains végétaux (fruits, champignons, etc.) dont la contexture rappelle celle de la substance animale. Plus douce qu'aux enfants la chair des pommes sures (RIMBAUD, Poésies, Le Bateau ivre, 1871, p. 128). Reines-claudes dont l'épiderme rosé, déjà fendu par la maturité, laissait voir les chairs juteuses et dorées (THEURIET, Le Mariage de Gérard, 1875, p. 60).
II.— [Du point de vue de la nature et de la destination spirituelle et/ou morale]
A.— [La chair en tant que manifestation de l'être en gén.]
1. [La chair en tant que support de la vie humaine]
a) [Dans sa nature propre, opposée à celle de l'âme, de l'esprit, du cœur] :
13. Il y a deux éléments dans la nature physique de l'homme comme dans sa nature morale. Le premier est un élément de stabilité et de permanence : on le nomme terre, matière, chair, substance, forme (au sens concret). Et il y a un autre élément fluide, subtil, mouvant, intelligent, pénétrant, dynamique, et on le nomme suivant les différentes figures qu'il prend, eau, sang, souffle, esprit.
CLAUDEL, Un Poète regarde la Croix, 1938, p. 266.
14. Une exposition de peinture. Le corps humain dans toute sa gloire, le corps humain revêtu de sa nudité comme d'un vêtement royal, l'âme revêtue de ce vêtement royal que Dieu lui a fait et qui est la chair. Ah, que nous sommes sots avec nos idées malsaines sur la pudeur!
GREEN, Journal, 1950, p. 354.
P. anal. :
15. Qu'on regarde l'église ou le bourg vu du parvis, il n'est pas une pierre qui n'ait gardé son âme et sa chair, je veux dire l'esprit de son époque et la pure qualité de la matière, à quoi les siècles ont ajouté une patine qui arrondit les angles et assouplit les ornements.
T'SERSTEVENS, L'Itinéraire espagnol, 1933, p. 306.
b) [Dans son aspect temp.]
[En tant qu'élément mortel] Chair morte, vivante :
16. Un furieux désir de vivre, de tout revoir, de tout recommencer, de tout refaire, la souleva subitement. C'était une révolte en face de la mort; l'impossibilité d'admettre qu'elle ne verrait pas le soir de ce matin qui naissait; l'impossibilité de comprendre comment cette beauté, ce corps, cette pensée active, cette vie luxuriante de sa chair allaient, en pleine ardeur, cesser d'être, et pourrir.
, Aphrodite, 1896, p. 220.
[En tant que support ou facteur de la survie de la race ou de l'individu] :
17. Je crois à la vie qui élimine sans cesse les corps nuisibles, qui refait de la chair pour boucher les blessures, qui marche quand même à la santé, au renouvellement continu, parmi les impuretés et la mort.
ZOLA, Le Docteur Pascal, 1893, p. 98.
Expr. [P. réf. plus ou moins nette aux textes bibliques]
P. allus. à La Genèse, II, 21-24 ,,Alors Yahvé Dieu fit tomber un profond sommeil sur l'homme, qui s'endormit. Il prit une de ses côtes et referma la chair à sa place. Puis, de la côte qu'il avait tirée de l'homme, Yahvé Dieu façonna une femme et l'amena à l'homme. Alors celui-ci s'écria : « À ce coup, c'est l'os de mes os et la chair de ma chair! Celle-ci sera appelée femme car elle fut tirée de l'homme, celle-ci! » C'est pourquoi l'homme quitte son père et sa mère et s'attache à sa femme, et ils deviennent une seule chair.`` - Chair de ma chair ou une seule/même chair. Être aimé (notamment femme par rapport à homme) ou couple en union étroite (notamment à travers sa descendance) :
18. L'épouse du chrétien n'est pas une simple mortelle; c'est un être extraordinaire, mystérieux, angélique; c'est la chair de la chair, le sang du sang de son époux. En s'unissant à elle, l'homme ne fait que reprendre une partie de sa substance. Son âme, ainsi que son corps, sont incomplets sans la femme : il a la force; elle a la beauté; ...
CHATEAUBRIAND, Génie du Christianisme, t. 1, 1803, p. 78.
Rem. Ce genre d'expr. s'applique aussi, p. ext., dans la lang. littér., à une communauté dont les membres vivent en harmonie. La famille (...) rien qu'une volupté dans une seule chair (ROMAINS, La Vie unanime, 1908, p. 222). Une chair unique capable de se réjouir ensemble aux jours de fête (...) une ville (SAINT-EXUPÉRY, Citadelle, 1944, p. 609).
Ancêtres/parents/père, etc., selon la chair (= naturels). D'un côté, ses ancêtres selon l'esprit, de l'autre, les rois de Juda, ses ancêtres selon la chair (PROUST, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, 1918, p. 842).
Chair de ma/sa... chair. Enfant, parenté. La réalité douloureuse de son enfant, cette chair vivante de sa chair (ZOLA, L'Œuvre, 1886, p. 289). Cf. aussi Les jardins, dont on peut dire sans blasphème qu'ils sont aussi la chair de notre chair (MAURIAC, Journal au temps de l'occupation, 1944, p. 309).
Résurrection de la chair. ,,Retour des morts à la vie, à la fin des temps, par la réunion de l'âme immortelle à un corps (...) transfiguré, rendu spirituel par participation à la gloire du Christ`` (Foi t. 1 1968) :
19. Dans le Credo, nous affirmons notre foi en la résurrection de la chair. La résurrection de la chair... Qui de nous y arrête sa pensée? Nous devrions tressaillir de joie, si cette foi était en nous vivante. (...), lorsque Job, dont le corps est consumé, qui n'a plus que la peau sur les os et les lèvres autour de ses dents, s'écrie : « Je sais que mon Rédempteur est vivant et qu'au dernier jour je ressusciterai de la terre, et que de nouveau je serai environné de ma peau, et que dans ma chair, je verrai mon Dieu... », je connais des hommes que cette certitude inconcevable ne trouble pas, mais qu'elle emplit de lumière : ...
MAURIAC, Journal 1, 1934, pp. 27-28.
2. P. ext.
a) La nature humaine, la condition terrestre :
20. ... son œuvre [de Baudelaire], c'est la lutte éternelle entre la chair et l'esprit. Baudelaire, Verlaine, Sainte-Beuve ont exposé qu'ils participaient de l'humanité, du péché et qu'ils savaient ce qu'ils devraient être. (...). Baudelaire n'a jamais, à la Leconte de Lisle, à la France (Les noces corinthiennes), glorifié la nature. Il a voulu s'échapper à soi-même, sortir de soi, se hausser. (...). C'est là l'explication du trouble, de l'inquiétude dont il est rempli : il entrevoit la vraie vie; il lutte contre la chair et les pensées qui viennent de la chair. Sa vie est une crise.
BARRÈS, Mes cahiers, t. 12, 1919, p. 8.
Expr. [P. réf. plus ou moins nette aux textes bibliques]
La chair et le sang. L'homme dans sa condition naturelle. Glorifi[er] la chair et le sang; cette chair et ce sang mêmes qu'un Dieu a désiré revêtir (CLAUDEL, Le Soulier de satin, version pour la scène, 1944, 2e journée, 5, p. 735).
Vivre dans la chair. Vivre ici-bas.
P. allus. aux textes néotestamentaires. Et le Verbe s'est fait chair et il a demeuré parmi nous (St Jean, I, 14). Le Fils de Dieu a assumé et sauvé la nature humaine :
21. Je songe à ces imaginations chrétiennes selon lesquelles le plus grand dessein de leur dieu (et ce fut aussi sa plus grande adresse) fut de se faire homme un jour. Le Verbe se fit chair, et Dieu se chargea des chaînes et des misères des hommes, se rabaissa à leur mesure pour les mieux connaître et pour les mieux « sauver ». Comme si ce Dieu avait eu dégoût de sa pureté même et de sa liberté. Comme si, tout Dieu qu'il était, il reconnaissait ses limites et qu'il ne lui servait de rien d'avoir créé la douleur des hommes s'il ne pleurait leurs larmes.
GUÉHENNO, Journal d'une « Révolution », 1938, p. 147.
P. anal. :
22. Mais ces légendes, ces images qui étaient pour Olivier de belles fables, des sortes de paraboles, en lui se faisaient chair, devenaient réalité. Le conte de fées s'animait, palpitait autour de lui. Et la vision qu'encadrait la fenêtre de la chambre, (...) le ciel pâlissant où mourait la lumière, — tout ce monde extérieur s'imprima brusquement en lui, comme un baiser.
R. ROLLAND, Jean-Christophe, Le Buisson ardent, 1911, p. 1308.
b) En partic. La nature humaine dans ses limites, ses imperfections. Les faiblesses de la chair :
23. ... c'était aussi le plus humain des Christ, un Christ à la chair triste et faible, abandonné par le Père qui n'était intervenu que lorsque aucune douleur nouvelle n'était possible, le Christ assisté seulement de sa Mère qu'il avait dû, ainsi que tous ceux que l'on torture, appeler dans des cris d'enfant, de sa Mère, impuissante alors et inutile. Par une dernière humilité sans doute, il avait supporté que la Passion ne dépassât point l'envergure permise aux sens; ...
HUYSMANS, Là-bas, t. 1, 1891, p. 17.
SYNT. Pauvre chair; cœur/yeux, etc. de chair : Yeux de chair (...) œil intérieur (...) qui rend d'autres services que de compter les marches des escaliers (COCTEAU, La Machine infernale, 1934, p. 40); créature/homme, etc. de chair : L'orgueil des états et des rois de chair obstinés (...) à secouer la tutelle du pouvoir spirituel (...) pour aboutir fatalement (car les États ne tiennent pas par la matière, mais par l'esprit) aux crises révolutionnaires (MARITAIN, Primauté du spirituel, 1927, p. 38).
Expr. [P. réf. plus ou moins nette aux textes bibliques] Être de chair/de chair et d'os. Avoir des forces limitées. Vivre, etc. selon la chair (= selon le siècle, les intérêts du monde). Goût des vérités éternelles perdu (...) dans une vie frivole, mondaine et toute selon la chair (MAINE DE BIRAN, Journal, 1824, p. 277).
P. allus. aux textes néotestamentaires
Vous, vous jugez selon la chair; moi je ne juge personne (St Jean, VIII, 15) (= selon votre entendement humain naturellement borné) :
24. Tout ce que vous me reprochez est juste, mais d'un certain point de vue (...) celui des gens mariés. Les gens mariés ont été obligés de « réaliser », de prendre terre. Les gens mariés jugent selon la chair. (...). Pour les gens mariés, je ne suis plus sans doute qu'un garçon paresseux qui se lève tard et ne travaille pas beaucoup.
ALAIN-FOURNIER, Correspondance [avec J. Rivière], 1910, p. 195.
L'esprit est prompt, mais la chair est faible (St Matthieu, XXVI, 41) :
25. ... je suis le fils de la femme; ce sont ces médecins insensibles qui sont les hommes forts, pas moi. L'esprit est fort, et la chair est faible. Et pourtant, hier encore, est-ce que la chair elle-même n'était pas implacable? Moi aussi j'ai tué des êtres pareils à celui-ci, et ma chair n'a pas tremblé près de leurs cadavres.
MONTHERLANT, Le Songe, 1922, p. 139.
Spéc. L'Homme sans le secours de la Grâce divine :
26. ... M. Olier, comme tous ceux de son école, (...), se fait de la nature déchue l'idée la plus noire. Mais cette noirceur n'assombrit aucunement leur vie intérieure et la réjouit plutôt. (...)? Ce débris infect et sordide, ce vain et intolérable fardeau, le vieil Adam, l'« homme naturel », la « chair de péché », plus nous en serons dégoûtés et plus aussi nous aurons de joie à nous en dépouiller pour faire place au nouvel Adam, à l'esprit, à la loi de grâce.
BREMOND, Hist. littér. du sentiment relig. en France, t. 4, 1920, p. 33.
c) Au sing. coll. Toute chair. L'ensemble des êtres vivants, la créature (p. oppos. à Dieu) :
27. Ne formez qu'un soupir.
Qu'une plainte éternelle accuse la nature,
Et que la douleur donne à toute créature
Une voix pour gémir.
Du jour où la nature, au néant arrachée,
S'échappa de tes mains comme une œuvre ébauchée,
Qu'as-tu vu cependant?
Aux désordres du mal la matière asservie,
Toute chair gémissant, hélas! Et toute vie
Jalouse du néant.
LAMARTINE, Méditations, Le Désespoir, 1820, p. 98.
B.— [La chair en tant qu'obj. de valorisation mor., relig.] Gén. péj.
1. [En parlant de certains animaux dont la consommation est frappée d'interdit] Spéc., RELIG. CATHOL., vx. Partie comestible des animaux autres que les animaux aquatiques (le poisson notamment) dont l'Église interdisait la consommation les jours d'abstinence, le vendredi en particulier. S'abst[enir] de manger de la chair certains jours, et se croi[re] par-là dispensés de toutes les vertus (DUPUIS, Abr. de l'orig. de tous les cultes, 1796, p. 550).
P. allus. aux commandements de l'Église. Vendredi chair ne mangeras Ni jours défendus mêmement (Anc. Catéchismes des diocèses de France). Ce commandement de l'Église :« Vendredi chair ne mangeras, ni autre chose pareillement » (MURGER, Scènes de la vie de bohème, 1851, p. 46).
Rem. L'oppos. entre chair d'animaux non aquatiques et chair de poisson est très ancienne. Elle correspond sans doute à la distinction entre animaux à sang chaud et animaux à sang froid. Primitivement, la prohibition portait essentiellement sur le sang, assimilé à la vie : ,,Vous ne mangerez du sang d'aucune chair car la vie de toute chair, c'est son sang, et quiconque en mangera sera supprimé`` (Le Lévitique, XVII, 14).
P. métaph. Ni chair ni poisson. Sans caractère déterminé, d'une nature ambivalente. Ni chair ni poisson : un savant ou demi-savant qui (...) rabâche de tout, et qui ne sait pas une seule chose à fond (SAINTE-BEUVE, Pensées et maximes, 1869, p. 99).
2. [En parlant de l'homme]
a) Vieilli. Les sens. Mortifier sa chair :
28. Les ennemis de l'esprit sont d'opinion que la partie saine, bonne, innocente, inoffensive de l'homme, c'est la chair. La chair n'a d'elle-même aucun mauvais instinct, aucune tendance perverse. Se nourrir, se reproduire, se reposer, ce sont là ses fonctions : Dieu les lui a données et les lui rappelle sans cesse par les appétits. (...). Ce qui la corrompt, c'est l'esprit. (...). L'esprit est le père de la sottise, de l'hypocrisie, des exagérations dans tous les sens, et partant, des abus et des excès que l'on a coutume de reprocher à la chair, excellente personne, facile à entraîner à cause de son innocence même; et c'est pourquoi les hommes vraiment religieux et vraiment éclairés doivent défendre cette pauvre enfant en bannissant vivement les séductions de l'esprit.
GOBINEAU, Nouvelles asiatiques, La Danseuse de Shamakha, 1876, pp. 16-17.
29. Nul plus que moi n'est opposé à ceux qui ont prêché la réhabilitation de la chair, et je crois pourtant que le christianisme a eu tort de prêcher la lutte, la révolte des sens, la mortification. Cela a pu être bon pour l'éducation de l'humanité, mais il y a quelque chose de plus parfait encore. C'est qu'on ne pense plus à la chair, c'est qu'on vive si énergiquement de la vie de l'esprit que ces tentations des hommes grossiers n'aient plus de sens. (...). Aux yeux d'hommes grossiers, un homme qui jeûne, qui se flagelle, qui est chaste, qui passe sa vie sur une colonne, est l'idéal de la vertu. (...). Mais pour nous, un tel homme n'est pas vertueux : car, ces jouissances de la bouche et des sens n'étant rien pour nous, nous ne trouvons pas qu'il ait de mérite à s'en priver.
RENAN, L'Avenir de la sc., 1890, p. 403.
b) L'instinct sexuel, l'amour physique. La chair est triste, hélas! et j'ai lu tous les livres (MALLARMÉ, Poésies, Brise marine, 1898, p. 38) :
30. ... la femme, devenue la grande tentatrice, le piège du diable, a inspiré des désirs et des adorations d'autant plus ardentes et a tenu une bien autre place dans le monde. La malédiction jetée à la chair a dramatisé l'amour. Il y a eu des passions nouvelles : la haine paradoxale de la nature, l'amour de Dieu, la foi, la contrition. À côté de la débauche exaspérée par la terreur même de l'enfer, il y a eu la pureté, la chasteté chevaleresques; ...
LEMAITRE, Les Contemporains, 1885, p. 159.
31. L'amour, dans Phèdre exaspéré, n'est point du tout celui qui est si tendre en Bérénice. Seule, ici, la chair règne. Cette voix souveraine appelle impérieusement la possession du corps aimé et ne vise qu'un but : l'extrême accord des jouissances harmoniques. Les images les plus intenses sont alors maîtresses d'une vie, déchirent ses jours et ses nuits, ses devoirs et ses mensonges. La puissance de l'ardeur voluptueuse renaissante sans cesse et non assouvie agit à l'égal d'une lésion.
VALÉRY, Variété V, 1944, p. 186.
32. Bien qu'ayant été, sans aucun doute, une jeune mariée heureuse, à peine distinguait-elle le vice de la sexualité : elle associa toujours étroitement l'idée de chair à celle de péché. Comme l'usage l'obligeait à excuser chez les hommes certaines incartades, elle concentra sur les femmes sa sévérité; entre les « honnêtes femmes » et les « noceuses », elle ne concevait guère d'intermédiaire. Les questions « physiques » lui répugnaient tant que jamais elle ne les aborda avec moi; ...
S. DE BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, p. 41.
SYNT. L'acte de chair : La mortelle dépression nerveuse qu'on éprouve après avoir consommé l'acte de chair avec quelqu'un qui ne vous fait pas envie (MONTHERLANT, Les Jeunes filles, 1936, p. 1013); l'aiguillon de la chair : Les impulsions du vice (...) l'aiguillon de la chair (MONTALEMBERT, Hist. de Ste Élisabeth de Hongrie, 1836, p. 283); le démon/le péché de la chair : Pleins de vertus familiales (...) ceux pour qui le péché de la chair est le plus honteux de tous (R. ROLLAND, Jean-Christophe, L'Adolescent, 1905, p. 337); les choses de la chair :
33. Ne mêle pas l'esprit aux choses de la chair.
Sache, aux moments secrets où le corps est en fête,
Redescendre à l'obscur délire de la bête.
Tumultueux et sourd et fort comme la mer,
Laisse gronder tes sens en orgues de tempête,
Et que sous l'onde en feu de tes baisers halète
L'orgueilleuse impudeur de la beauté parfaite.
Ch. GUÉRIN, Le Cœur solitaire, Mélancolies à Viollis, 1898, p. 100.
P. allus. aux commandements de l'Église. L'œuvre de chair ne désireras / qu'en mariage seulement (Anc. Catéchismes des diocèses de France; cf. aussi MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 2, La Confession de Théodule Sabot, 1883, p. 43).
c) En partic. Ce qui, dans le corps humain ou dans le physique de tel individu, est spécialement enclin ou propice au plaisir amoureux. Chair nue, chair de femme :
34. Et le corps masculin? Germaine s'interroge. Exerce-t-il, sur elle du moins, un pouvoir analogue? Elle en aime la fermeté des chairs, les lignes décidées. Dans l'étreinte, il lui est agréable de sentir la vigueur des muscles qui la pressent. Mais tout cela reste une impression d'ensemble, et assez paisible. Les diverses régions de ce corps ne lui semblent ni belles ni émouvantes par elles-mêmes. Il n'y a guère dans la conformation virile qu'un détail qui la captive singulièrement, ...
ROMAINS, Les Hommes de bonne volonté, Le 6 octobre, 1932, p. 120.
35. ... la victoire alors a le corps de nos femmes sous la pluie de l'amour. Voici la chair heureuse, luisante et chaude, grappe de septembre où le frelon grésille. Sur l'aire du ventre s'abattent les moissons de la vigne. Les vendanges flambent au sommet des seins ivres. Ô mon amour, le désir crève comme un fruit mûr, la gloire des corps ruisselle enfin.
CAMUS, L'État de siège, 1948, p. 285.
Rem. gén. Chair comme charnel/le, draine de nombreuses réminiscences bibliques, notamment dans son accept. Il et jusque dans ses emplois les plus mod. L'influence considérable de la théol. cathol. sur ces mots s'explique par leur rattachement aux conceptions les plus fondamentales de la pensée humaine et leur rapp. synon. ou anton. avec d'autres termes du vocab. de base, ayant également une portée idéol., relig. — comme matière/matériel, esprit/spirituel, etc.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. chaire, cheire, cher, chère. Étymol. et Hist. 1. a) Mil. XIe s. « ensemble des muscles du corps humain » (Alexis, éd. Paris et Pannier, 24a); ca 1100 hume de car « homme vivant, être humain » (Roland, éd. Bédier, 2141); b) ca 1100 p. méton. « corps humain (opposé à l'âme) » (Ibid., 2942); d'où c) fin XIIe s. « nature humaine (et peccamineuse) » (Sermons St Bernard, 114, 25 ds T.-L.); d) ca 1165 estre de la char(de) « être fils de » (G. D'ARRAS, Eracles, 2932, ibid.); 2. mil. XIe s. « ensemble des muscles du corps des animaux, considéré comme aliment » (Alexis, éd. Paris et Pannier, 45e). Du lat. class. caro, carnis « chair » attesté notamment en opposition avec animus dès Sénèque (ds TLL s.v., 484, 52) et très fréquemment en lat. chrét. (cf. Tertullien, ibid., 485, 20) où il est notamment attesté à l'emploi 1 c (Vulgate, Rom. 8, 1). D'apr. GILLIÉRON (Pathologie et thérapeutique verbales, Paris, 1921, p. 1 et sqq.) la collision homon. chair [] (succédant à char en m. fr. par suite de l'hésitation entre prononc. ar ou er devant consonne) et chère (< b. lat. cara) dans faire bonne chère avait entraîné la raréfaction d'emploi au sens 2 en fr. mod., le mot étant supplanté par viande. Fréq. abs. littér. :6 950. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 4 853, b) 10 455; XXe s. : a) 14 842, b) 10 886. Bbg. GOTTSCH. Redens. 1930, p. 104, 173, 189, 385. — GOUG. Mots t. 2, 1966, p. 122. — GREIVE (A.). Die Lexikalische Differenzierung des Begriffes Fleisch im Französischen. Arch. St. n. Spr. 1968, t. 204, n° 6, pp. 426-429. — ROG. 1965. p. 29, 30, 121. — ROQUES (M.). Romania 1954, t. 75, p. 136.

chair [ʃɛʀ] n. f.
ÉTYM. XVe; car, 1080, Chanson de Roland; charn, char, XIIe; du lat. caro, à l'accusatif, carnem (opposé à animus). → Carnage, carnassier, carnation, carne, carnivore, charnel; acharner.
———
I
1 Substance molle du corps de l'homme ou d'animaux (mammifères, oiseaux…), et particulièrement, tissu musculaire. || La chair et les os. || Os dépouillés de chair. Décharné. || La chair et la peau. || La chair et le sang. || Chair rouge. || Fibres de la chair. || Tissu pulmonaire prenant l'aspect de la chair ( Carnification). || Lésion des chairs : blessure, plaie. || Lambeaux de chair. || Excroissance de chair ( Caroncule). || Enflure morbide des chairs : bouffissure, intumescence, tuméfaction. || Chairs baveuses, sanguinolentes, spongieuses, gangrenées, mortes ( Gangrène, mortification, sarcome, tumeur). || Dégénérescence et régénération des chairs. || De la chair. Sarco-.
1 Les pièces du squelette sont incapables de se déplacer par elles-mêmes, mais la chair rouge qui les recouvre — et qui constitue les muscles ou tissu musculaire — possède la propriété spéciale de se contracter (…) et d'entraîner avec elle les os sur lesquels elle est fixée (…) L'estomac, l'intestin et les autres viscères abdominaux sont formés d'une chair beaucoup plus pâle que les muscles rouges et constituée par une autre espèce de fibres musculaires que l'on qualifie de fibres lisses (…)
A. Pizon, Anatomie et Physiologie humaines, p. 68 et 71.
2 Et l'homme dit : « Celle-ci cette fois est os de mes os et chair de ma chair ! Celle-ci sera appelée femme, parce qu'elle a été prise de l'homme. »
Bible (Crampon), Genèse, II, 23.
3 Ce peu que sur leurs os (des vieilles) les ans laissent de chair.
Molière, l'Étourdi, V, 9.
4 Il (le jeune coq) a la voix perçante et rude,
Sur la tête un morceau de chair.
La Fontaine, Fables, VI, 5.
5 Mais je n'ai plus trouvé qu'un horrible mélange
D'os et de chair meurtris, et traînés dans la fange,
Des lambeaux pleins de sang, et des membres affreux
Que des chiens dévorants se disputaient entre eux.
Racine, Athalie, II, 5.
6 Et cependant du sang de la chair immolée
Les prêtres arrosaient l'autel et l'assemblée.
Racine, Athalie, II, 2.
6.1 Eh ! qu'importe à sa main toujours créatrice que cette masse de chair conformant aujourd'hui un individu bipède se reproduise demain sous la forme de mille insectes différents ?
Sade, Justine…, t. I, p. 845.
7 Pas de cadavre sous la tombe,
Spectre hideux de l'être cher,
Comme d'un vêtement qui tombe
Se déshabillant de sa chair.
Th. Gautier, Émaux et Camées, « Bûchers et Tombeaux ».
8 (Pour les anachorètes) la chair ne saurait recevoir de plus glorieuses parures que les ulcères et les plaies.
France, Thaïs, I, Le lotus, p. 4.
9 Dans cette société israélite du temps des Rois, menacée des pires maladies spirituelles, les Prophètes vont entrer comme le bistouri dans une chair.
Daniel-Rops, le Peuple de la Bible, III, II, p. 222.
Vx ou littér. Viande. || Manger la chair des animaux (→ ci-dessous, III., 1.).Techn. (tannerie). || Côté cuir et côté chair d'une peau.
Loc. Chair vive, saine, sensible. || Tailler, trancher dans la chair vive. → Amputer (cit. 5), charcuter (fam.). — ☑ En pleine chair, profondément; au fig., en plein cœur.
10 Un sursaut presque animal avait mis à la bouche du jeune homme, atteint en pleine chair, les mots qui devaient faire le plus de mal (…)
Paul Bourget, Un divorce, III, p. 94.
11 Entre le chirurgien qui, toutes ses facultés requises, tranche à même la chair vive, et le parlementaire éloquent qui plaide pour son programme, il n'y a que peu de rapports.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, VIII, XX, p. 509.
Loc. Entre cuir (peau) et chair : sous la peau. || Les chiques pénètrent entre cuir et chair.
12 (…) la peau semblait par instant onduler, comme si des frémissements nerveux se fussent propagés entre cuir et chair.
Martin du Gard, les Thibault, t. III, p. 208.
Loc. En chair et en os : en personne. — ☑ Vx. En chair et en âme.
13 Jacques, lui aussi, souriait, envahi soudain par une de ces vagues de tendresse fraternelle qui le soulevaient, malgré tout, chaque fois qu'il retrouvait Antoine, en chair et en os (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. V, p. 166.
13.1 Un homme (…). Car je ne suis pas une pensée, un rêve, une luciole fugitive, je suis en chair et en os. D'abord en chair et en os.
Drieu La Rochelle, la Comédie de Charleroi, p. 189.
13.2 (…) c'était la première fois que je le voyais (Charles Boyer) en chair et en os. J'étais heureux et fier qu'il me parlât, qu'il sût qui j'étais, qu'il me donnât, à moi, un peu de ce charme et de ce prestige qui se dégagent de sa voix, de son regard.
Claude Mauriac, le Temps immobile, p. 442.
Fig. Anciennt. Marchand de chair humaine : marchand d'esclaves.Chair à canon. Canon (cit. 8.1 et supra).
14 Est-ce vraiment Napoléon qui aurait lâché l'affreuse expression de « chair à canon », comme l'en accusait Chateaubriand ?
Brunot, Hist. de la langue franç., t. IX, p. 965.
15 Elle (la guerre) ne fait qu'accroître la condition misérable du travailleur ! Chair à canon, pendant la guerre; esclave plus durement asservi, après : voilà son lot !
Martin du Gard, les Thibault, t. VII, p. 166.
Être en chair, bien en chair [bjɛ̃nɑ̃ʃɛʀ]  : avoir de l'embonpoint, avoir la chair ferme.
16 C'est une femme vraiment à point. Grande, bien en chair, sans excès.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, VII, III, p. 25.
C'est une masse, une grosse masse de chair, en parlant d'un animal, d'une personne très grosse. || Bourrelets de chair.
17 (…) et l'on m'a assuré qu'elle portait d'ordinaire sur elle, bon an mal an, trente quintaux de chair (…)
Scarron, le Roman comique, VIII.
2 (XIIe). État extérieur du corps humain; aspect de la peau. Forme, peau. || La chair de qqn, sa chair. || Une chair avachie, bouffie, gonflée, grasse; chair molle, flasque. || Chair abondante, arrondie, plantureuse, rebondie. || Chair épanouie, florissante, saine. || Chair ferme, élastique, douce, fraîche, lisse, tendre. || Chair éclatante, nacrée, satinée, blanche, pâle, rose, dorée… Carnation. || « Ce doux nuage souple de chair émue » (→ Verni, cit. 1, Giono). || Dévoiler, laisser voir la chair : dénuder.
18 Chair de la femme ! argile idéale ! ô merveille !…
Hugo, la Légende des siècles, « Sacre de la femme », 4. → Argile, cit. 6.
19 La femme nue, ayant les hanches découvertes,
Chair qui tente l'esprit, rit sous les feuilles vertes (…)
Hugo, les Contemplations, VI, « Au bord de l'infini », XVII.
20 Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants (…)
Baudelaire, Les Fleurs du mal, IV, Correspondances. → Parfum, cit. 1.
21 (Des beautés). Fruits purs de tout outrage et vierges de gerçures,
Dont la chair lisse et ferme appelait les morsures !
Baudelaire, les Fleurs du mal, Spleen et idéal, V, « Correspondances ».
22 De l'épiderme sur la soie
Glissent des frissons argentés,
Et l'étoffe à la chair renvoie
Ses éclairs roses reflétés.
D'où te vient cette robe étrange
Qui semble faite de ta chair,
Trame vivante qui mélange
Avec ta peau son rose clair ?
Th. Gautier, Émaux et Camées, « À une robe rose ».
23 (Tiburce) prenait plaisir à ces formes rebondies, à ces chairs satinées, à ces carnations épanouies comme des bouquets de fleurs, à toute cette santé luxurieuse que le peintre d'Anvers (Rubens) fait circuler sous la peau de ses figures en réseaux d'azur et de vermillon.
Th. Gautier, Fortunio, « La toison d'or », I.
24 Comme Rubens, ils se sont complu à peindre la chair florissante et saine, la riche et frémissante palpitation de la vie, la pulpe sanguine et sensible qui s'épanouit opulemment à la surface de l'être animé (…)
Taine, Philosophie de l'art, t. I, I, I, I, p. 4.
25 Au physique, nous trouvons (aux Pays-Bas) une chair plus blanche et plus molle (…)
Taine, Philosophie de l'art, t. I, III, I, II, p. 227.
26 Et la femme, la maîtresse !… Ce qu'il y avait dans cette chair à plaisir, ce qu'on tirait de cette pierre à feu, de ce clavier où ne manquait pas une note (…) Toute la lyre !…
Alphonse Daudet, Sapho, III, p. 15.
27 (…) une de ces faces blanches, douces, dont la chair a l'air d'une pâte faite avec du lait.
Maupassant, la Vie errante, éd. Conard, p. 170.
28 Entre ses bas noirs et sa chemise brillait un cercle de chair éclatante.
France, l'Anneau d'améthyste, XV, p. 197.
29 Madame de Bonmont, les roses de sa chair avivées par la course (…)
France, l'Anneau d'améthyste, III, p. 56.
30 Je ne pouvais détacher mes yeux de sa chair de magnolia (…)
Proust, À la recherche du temps perdu, t. X, p. 28.
31 Un fruit de chair se baigne en quelque jeune vasque (…)
Valéry, Poésies, « Baignée », p. 23.
32 Mais soudain ce regard glissa jusqu'à la saillie de l'épaule, dont la chair nue, fraîche et grasse, palpitait sous les mailles de la dentelle comme un animal pris dans un filet (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. I, p. 47.
Peint. (Au plur.). Parties nues des personnages (→ ci-dessus cit. 23). || Les chairs sont bien rendues (dans un tableau). || Mollesse et délicatesse des chairs. Morbidesse.
3 Loc. Chair de poule. || Avoir la chair de poule : avoir la peau qui se hérisse (sous l'effet du froid, de la frayeur…) par l'érection des follicules pileux (réflexe pilomoteur). Ansérin (réaction ansérine). Fig. → ci-dessous, cit. 34. — Donner la chair de poule à qqn, exciter sa frayeur, son horreur. Frisson, frisonnement, horripilation. Fig. → ci-dessous, cit. 34.1.
33 (…) tout un affreux micmac jurisprudentiel à donner la chair de poule.
Courteline, Messieurs les ronds-de-cuir, 5e tableau, I, p. 170.
34 (…) dès que tombe une pluie fine, la rivière a la chair de poule…
J. Renard, Histoires naturelles, « Le chasseur d'images ».
34.1 J'ai passé l'âge de rougir, pas celui de me troubler, tant mieux. Le genou de Narcisse me donne toujours la chair de poule.
J.-L. Bory, Ma moitié d'orange, p. 43.
34.2 Lalla regarde les enfants, les femmes, les hommes autour d'elle; ils ont l'air triste et apeuré, ils ont des figures jaunes, bouffies par la fatigue, les jambes et les bras martelés par la chair de poule.
J.-M. G. Le Clézio, Désert, p. 244.
4 Couleur de chair ou (1875, Zola) couleur chair, de la couleur rose de la peau dans la race dite « blanche ». || Des sous-vêtements, des bas, des chaussettes couleur chair. || Une teinte rose chair.
tableau Désignations de couleurs.
———
II Fig. || La chair.
1 Relig. La nature humaine ( Créature), opposée à la nature divine; le corps, opposé à l'esprit, à l'âme, au cœur… || Le Verbe s'est fait chair (Évangile selon saint Jean, I, 14). Incarnation. || Un être de chair et de sang. || La résurrection de la chair.La chair de qqn, sa nature physique ( Charnel). || Souffrir dans sa chair.
35 Et Yahweh dit : « Mon esprit ne demeurera pas toujours dans l'homme car l'homme n'est que chair (…) »
Bible (Crampon), Genèse, VI, 3.
36 Et Dieu dit encore à Noé : « Tel est le signe de l'alliance que j'ai établie entre moi et toute chair qui est sur la terre. »
Bible (Crampon), Genèse, IX, 17.
37 C'est l'esprit qui vivifie; la chair ne sert de rien.
Bible (Crampon), Évangile selon saint Jean, VI, 63.
38 Aimer, c'est savourer, aux bras d'un être cher,
La quantité de ciel que Dieu mit dans la chair (…)
Hugo, la Légende des siècles, XXXVI, 22.
39 (…) ce n'est pas la chair qui est le réel, c'est l'âme. La chair est cendre, l'âme est flamme.
Hugo, l'Homme qui rit, II, IX, II.
40 Pour croire à la résurrection de la chair, peut-être faut-il avoir vaincu la chair.
F. Mauriac, le Nœud de vipères, p. 134.
Ne faire qu'une seule chair. || Parents selon la chair, parents biologiques. — ☑ Loc. C'est la chair de sa chair, son enfant.
41 C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair.
Bible (Crampon), Genèse, II, 24.
42 À cause de cela, l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Que l'homme ne sépare donc pas ce que Dieu a uni !
Bible (Crampon), Évangile selon saint Matthieu, XIX, 5-6.
43 Pour elle, de son côté, il était de nouveau l'enfant qu'elle avait porté dans son sein, la chair de sa chair (…)
Paul Bourget, Un divorce, VI, p. 205.
2 (Relig., littér. ou style soutenu). Les instincts, les besoins du corps; les sens. || L'assujettissement de l'esprit à la chair. || Mortifier, affliger, crucifier sa chair ( Ascétisme, mortification). || La faiblesse de la chair. || Calmer sa chair. || Assouvissement de la chair.
Spécialt. L'instinct sexuel. Concupiscence, luxure, sensualité. || L'aiguillon, le démon, l'appel de la chair. Tentation. || Concupiscence de la chair. → Péché, cit. 11. || Se livrer aux plaisirs de la chair. Libidineux. || Alanguissement de la chair.(Relig.). || Œuvre de chair, péché de la chair. Fornication (cit. 1).
44 Veillez et priez, afin que vous n'entriez point en tentation. L'esprit est ardent, mais la chair est faible.
Bible (Crampon), Évangile selon saint-Mathieu, XXVI, 41.
45 Oui, par ses désirs la chair va contre l'esprit (…)
Bible, Épître aux Galates, V, 17.
46 (Jésus) les avertit (ses amis) que l'esprit est prompt et la chair infirme.
Pascal, Pensées, VII, 553.
47 Ceux qui croient que le bien de l'homme est en la chair, et le mal en ce qui le détourne des plaisirs des sens, qu'il s'en saoûle et qu'il y meure (sic).
Pascal, Pensées, X, 692.
48 Que voulez-vous de moi, flatteuses voluptés ?
Honteux attachements de la chair et du monde,
Que ne me quittez-vous, quand je vous ai quittés ?
Corneille, Polyeucte, IV, 2.
49 On sait que la chair est fragile quelquefois,
Et qu'une fille enfin n'est ni caillou, ni bois.
Molière, le Dépit amoureux, III, 9.
50 (Vous) considérez, en regardant votre air,
Que l'on n'est pas aveugle et qu'un homme est de chair.
Molière, Tartuffe, III, 3.
51 Vous êtes donc bien tendre à la tentation,
Et la chair sur vos sens fait grande impression ?
Molière, Tartuffe, III, 2.
52 (…) des nœuds de chair, des chaînes corporelles (…)
Molière, les Femmes savantes, IV, 2.
53 Si la chair et le sang, se troublant aujourd'hui,
Ont trop de part aux pleurs que je répands pour lui (…)
Racine, Athalie, I, 2.
54 Plus d'une fois ma chair s'était émue au passage d'une forme de femme.
Hugo, Notre-Dame de Paris, II, VIII, 4.
55 La chair a ses volontés, ses instincts, ses convoitises, ses prétentions au bien-être; c'est une sorte de personne inférieure qui tire de son côté, fait ses affaires dans son coin (…)
Hugo, Post-Scriptum de ma vie, I, III, V, p. 28.
56 (…) le cœur plein des félicités de la nuit, l'esprit tranquille, la chair contente, il (Charles) s'en allait ruminant son bonheur, comme ceux qui mâchent encore, après le dîner, le goût des truffes qu'ils digèrent.
Flaubert, Mme Bovary, I, V, p. 27.
57 (…) elle revint à elle, brisée de joie, la chair heureuse et lasse (…)
France, le Lys rouge, XXI.
58 (…) l'éveil ardent de son imagination et le travail mystérieux de sa chair la jetaient dans un trouble mêlé de désirs et de craintes.
France, le Lys rouge, I.
59 La chair est triste, hélas ! et j'ai lu tous les livres.
Mallarmé, Vers et prose, « Brise marine ».
60 Le Christianisme ne fait pas sa part à la chair; il la supprime.
F. Mauriac, Souffrances et Bonheur du chrétien, p. 23.
61 Une chair qui s'assouvit accompagne toujours un esprit incapable d'adhérer au surnaturel.
F. Mauriac, Souffrances et Bonheur du chrétien, p. 56.
62 (…) de médiocres aventures où la chair seule est intéressée.
F. Mauriac, la Pharisienne, XIII.
63 (…) j'ai (…) horreur du péché et celui de la chair demeure, à mes yeux de tous le plus coupable.
A. Maurois, Terre promise, XXXVII, p. 248.
———
III
1 Vx ou littér. Partie molle, comestible de certains animaux. Viande (II., 1.); fam. barbaque, bidoche, 2. carne. || Chair crue, cuite, fraîche.Ça sent la chair fraîche, dit l'ogre au Petit Poucet.Chair salée. || Chair tendre comme de la rosée. || Manger de la chair. Carnivore; créophage, omophage.Mangeur de chair humaine. Anthropophage, cannibale.
64 La viande est la chair préparée dans la boucherie ou dans la cuisine pour la nourriture de l'homme ou des animaux. La chair n'a subi aucune préparation et est l'animal lui-même tel qu'il est après avoir été tué. Les animaux carnivores se nourrissent de chair; l'homme mange de la viande.
Littré, Dict., art. Chair.
2 Relig. Aliment gras; viande des mammifères et des oiseaux (sauf, parfois les oiseaux aquatiques) par opposition au poisson, aliment maigre. — ☑ Relig. (dans les « commandements »). Vendredi chair ne mangeras : tu ne mangeras pas de viande le vendredi.
Loc. fig. N'être ni chair ni poisson : être sans caractère, indécis, flottant, vague.
3 Chair à saucisse : préparation de viande hachée.Absolt. || Deux cents grammes de chair.
64.1 Derrière eux, Léon hachait de la chair à saucisse, sur le bloc de chêne, à coups lents et réguliers.
Zola, le Ventre de Paris, t. I, p. 127 (1875).
Chair à pâté. — ☑ Loc. fam. Hacher menu comme chair à pâté : mettre en pièces, en menus morceaux.
4 (Qualifié). Partie comestible d'animaux (sauf lorsqu'il s'agit de la viande des mammifères), et de végétaux. || Ces volailles, ce poisson ont une chair délicate. || La chair de la dinde, du saumon. || La chair du grand gibier. || La chair d'un fruit. Pulpe; (bot.) sarcocarpe (du grec sarco- « chair »). || La chair fondante de la poire. || Chair de la cerise, de la pêche, du melon. || Chair du champignon.
65 Il (…) cueille artistement cette prune exquise; il l'ouvre, vous en donne une moitié, et prend l'autre : « Quelle chair ! dit-il; goûtez-vous cela ? (…) »
La Bruyère, les Caractères, XIII, 2.
CONTR. Squelette; os. — Âme, esprit; cœur.
COMP. V. Acharner, charcutier, charnel, charnier, charnu, charnure, décharner, écharner.
HOM. Chaire, cheire, cher, chère.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • chair — 1. (chêr) s. f. 1°   Toutes les parties molles du corps de l homme et des animaux, et plus particulièrement la partie rouge des muscles. Recevoir une blessure dans les chairs. •   Mais je n ai plus trouvé qu un horrible mélange D os et de chairs… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • chair — CHAIR. s. fém. Substance molle et sanguine, qui est entre la peau et les os de l animal. Chair vive, chair morte, chair ferme. Avoir un coup d épée dans les chairs. Avoir la chair bonne. On guérit aisément les blessures qui ne sont que dans les… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • chair — CHAIR. s. f. Substance molle & sanguine qui est entre la peau & les os de l animal. Chair vive. chair morte. chair ferme. il a un coup d espée dans les chairs. il a la chair bonne, on guerit aisément ses blessures. il a la chair mauvaise, il est… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • chair — Chair, Caro, Ce que communéement disons Chair, Les Hebrieux dient Scheer. Parquoy semble que nous ayons laissé la premiere lettre, et nous soyons accoustumez à prononcer Cheer. Tous vendans chair cuite, Omnes popinarum institores, B. ex Seneca.… …   Thresor de la langue françoyse

  • Chair — (ch[^a]r), n. [OE. chaiere, chaere, OF. chaiere, chaere, F. chaire pulpit, fr. L. cathedra chair, armchair, a teacher s or professor s chair, Gr. ? down + ? seat, ? to sit, akin to E. sit. See {Sit}, and cf. {Cathedral}, {chaise}.] [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • chair — [cher] n. [ME & OFr chaire < L cathedra: see CATHEDRA] 1. a piece of furniture for one person to sit on, having a back and, usually, four legs 2. a seat of authority or dignity 3. the position of a player in an instrumental section of a… …   English World dictionary

  • chair — ► NOUN 1) a separate seat for one person, with a back and four legs. 2) the person in charge of a meeting or an organization. 3) a professorship. 4) (the chair) US short for ELECTRIC CHAIR(Cf. ↑electric chair). ► …   English terms dictionary

  • Chair — Chair, v. t. [imp. & p. p. {Chaired}; p. pr. & vb. n. {Chairing}.] 1. To place in a chair. [1913 Webster] 2. To carry publicly in a chair in triumph. [Eng.] [1913 Webster] 3. To function as chairperson of (a meeting, committee, etc.); as, he… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • chair — chair; chair·man·ship; chair·o·plane; chair·man; …   English syllables

  • chair — [n1] single seat furniture armchair, bench, cathedra, recliner, rocker, sling*; concept 443 chair [n2] person in or position of authority captain, chairperson, director, fellowship, helm, instructorship, leader, monitor, position of control,… …   New thesaurus


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.